La danse-thérapie dans le parcours réussite éducative

Je vous souhaite une merveilleuse année 2018 ! Que celle-ci soit pleine de joie, d’amour, de rencontre, de partage et de danse.

Pour commencer cette nouvelle année, je souhaite partager avec vous mon expérience de danse-thérapie auprès d’adolescents en classes de 6ème et 5ème.
Depuis le mois de novembre, j’interviens par l’intermédiaire de la Maison des Adolescents de Salon de Provence (MDA13Nord), deux fois par semaine dans un collège dans le cadre du Parcours Réussite Éducative.

Objectif : Accompagner les adolescents dans la reconnaissance et la gestion de leurs émotions

Il m’a été proposé par la MDA, en accord avec le collège, de mettre en place 2 ateliers pendant 7 semaines au sein du collège afin d’accompagner les jeunes les plus fragiles et de leur permettre à travers le mouvement de travailler sur différents besoins :

  • une meilleure expression des émotions ;
  • une détente corporelle ;
  • une diminution de l’isolement social et des angoisses ;
  • l’amélioration de l’image et de l’estime de soi.

En effet, les jeunes que j’ai accompagnés sont principalement des adolescents « intellectuellement précoces » qui sont en échec scolaire et qui n’arrivent pas à s’exprimer, à exprimer leur mal-être et à entrer en lien avec leurs camarades et/ou professeurs. Les jeunes dits à « haut potentiel intellectuel » souffrent de troubles du comportement (non-respect du cadre, des règles, violence verbale et/ou physique) ; privilégient l’esprit et le mental au psychomoteur et au corps et ont une faible estime d’eux-mêmes.

Mes objectifs étaient donc de pouvoir leurs proposer des jeux psychomoteurs et tonico-émotionnels au cours desquels ils ont pu exprimer leurs sentiments, leurs émotions, leur imaginaire et ainsi prendre conscience de leurs corps, des sensations qui les traversent et nouer des liens avec les autres.
J’ai voulu mettre en place un espace-temps « extra-quotidien » pendant lequel était proposée une activité artistique sans exigence de performance ou de compétitivité afin que les jeunes retrouvent une relation spontanée avec leurs pairs dans le plaisir partagé de l’activité. Je souhaitais également que les jeunes prennent conscience de leurs capacités et s’autorisent à faire, exprimer et dire des choses qu’ils n’osent pas et/ou ne peuvent pas faire, exprimer ou dire dans la vie quotidienne.
Pour cela, l’aide et le soutien des professeurs et de l’infirmière, qui ont participé aux ateliers, m’ont été précieux concernant le maintien du cadre et le respect des règles, ainsi que dans les échanges concernant les problématiques de chacun.

Rire, plaisir, amusant, joyeux, j’ai découvert que je pouvais m’exprimer avec mon corps, permet de se défouler et de penser à autre chose, plus facile de s’exprimer en classe, je ne suis plus stressée pour aller en cours,  je me sens mieux après…, voici quelques mots résonances de l’expérience vécue par les jeunes

Au fil des ateliers, s’est créé une cohésion de groupe qui a permis a beaucoup d’entre eux de se sentir en confiance pour pouvoir s’exprimer librement sans peur du jugement. Ils ont profité de ces ateliers pour se détendre, se faire plaisir, partager, s’affirmer et s’exprimer. Des liens se sont créés entre eux à travers les jeux et ils n’ont pas hésité à faire preuve de créativité et d’imagination dans leurs propositions de mouvements ou de symboliques. Ces ateliers leurs ont également permis d’exprimer des émotions qu’ils ressentaient au moment présent ou qu’ils vivent au quotidien (notamment, les émotions négatives et d’angoisses) et de pouvoir lâcher-prise (une plus grande détente corporelle et psychique a notamment été observé).

A la fin des 7 séances, je leur ai demandé de réaliser un dessin résonance pour laisser une trace de ce qu’ils ont vécus dans l’atelier et aussi pour qu’ils prennent conscience du caractère impressif du mouvement et de l’expression artistique et corporelle vécue. Il en est ressorti des mots qui parlent d’eux-mêmes : « Rire, plaisir, amusant, joyeux, j’ai découvert que je pouvais m’exprimer avec mon corps, permet de se défouler et de penser à autre chose, plus facile de s’exprimer en classe, je ne suis plus stressée pour aller en cours,  je me sens mieux après… »

Suite à cette belle expérience, le collège m’a demandé de continuer avec deux nouveaux groupes. Je vous tiendrais donc au courant de la suite avec grand plaisir !

Laisser un commentaire