La danse-thérapie dans l’accompagnement des personnes ayant un handicap mental

Depuis la rentrée de septembre, j’ai le plaisir d’animer des ateliers de danse-mouvement-thérapie dans deux foyers qui accueillent des personnes ayant un handicap mental.
Je souhaite partager avec vous cette expérience car ces ateliers ont la particularité d’accompagner des personnes qui ont déjà suivi des ateliers de danse mais dont les objectifs n’étaient pas les mêmes. Ainsi, mon rôle de danse-thérapeute est de faire découvrir à ces nouveaux publics une autre façon d’utiliser la danse et le mouvement dansé : utiliser ces médium comme outil d’expression de ses émotions, d’écoute sensorielle, de communication non verbale avec autrui, de détente corporelle et psychique et de créativité.

En effet, les 3 groupes que j’accompagne sont très différents les uns des autres de par leur hétérogénéité (fatigabilité, compréhension) et de par la singularité de chacun de ses membres (troubles du comportement, autisme, handicap physique plus ou moins important) mais se ressemblent de par leurs capacités et ressources ainsi que par les différents besoins et problématiques rencontrés au quotidien.

Objectifs du danse-thérapeute : accompagner les résidents vers une prise de conscience de leurs corps et de leurs sensorialités, dans la relation à l’autre et dans l’expression de leurs émotions

Depuis le début de mes interventions, j’ai mis en place les 3 mêmes objectifs généraux pour les 3 groupes, objectifs que je réévalue régulièrement en fonction de l’évolution du processus vécu par les résidents.

  • 1er objectif : accompagner les résidents vers une prise de conscience de leurs corps et de leurs sensorialités : toutes les propositions faites en première partie d’atelier ont pour but de travailler sur la prise de conscience du schéma corporel, sur l’image du corps, sur les différentes qualités de mouvements ainsi que sur une prise de conscience des sensations induites par le mouvement et/ou la musique ;
  • 2ème objectif : accompagner les résidents dans la relation à l’autre à travers la communication non verbale par le travail groupal et à 2 ainsi qu’à travers l’utilisation d’objets médiateurs (instruments de musique, tissus…) afin de développer l’empathie (kinesthésique), l’écoute, la confiance en l’autre et la prise de conscience des différents espaces dans lesquels nous évoluons ;
  • 3ème objectif : accompagner les résidents dans la découverte de leurs potentiels créatifs et d’eux-mêmes grâce à diverses propositions allant de la proposition de mouvements pour créer une chorégraphie commune à la danse libre où chacun peut s’exprimer librement sans jugement de la part des autres membres du groupe. Cet objectif a pour but de travailler sur l’estime de soi, la confiance en soi, l’affirmation de soi et l’expression des émotions.

Pour travailler sur ces différents points, j’utilise divers dispositifs de danse-thérapie comme l’Expression Primitive, les danses traditionnelles, la danse contemporaine ainsi que différentes musiques plus ou moins calmes / dynamiques qui sont choisies ou non par les résidents. J’utilise également divers objets qui permettent d’éveiller la sensorialité et le mouvement et aussi de soutenir les participants notamment lors de la danse libre.

Pour les résidents, l’atelier danse est un atelier où l’on apprend des chorégraphies pour faire un spectacle.

Ainsi, au sein du groupe, chacun peut s’approprier les propositions faites par la danse-thérapeute et s’exprimer de façon singulière tout en faisant partie d’un tout soutenant, contenant et sécurisant.
Ce qui n’est pas chose facile car après plusieurs années d’atelier danse au cours desquels les résidents ont appris plusieurs chorégraphies avec pour objectif de faire un spectacle, il est difficile pour eux (et aussi pour les équipes des structures qui accompagnent l’atelier) d’imaginer et de comprendre que la danse n’est pas juste des mouvements que l’on apprend mais avant tout le corps qui bouge dans un espace-temps donné, singulier mais aussi que la danse libre, qui est une improvisation sur une musique choisie ou non, est une danse à part entière, peut-être la plus importante de toute les danses, car il s’agit de leur propre danse issue de leurs émotions, sensations, tout simplement de leur être et dont les membres du groupes et la danse-thérapeute en sont les témoin privilégiés.

Crédit image :  http://www.ari.asso.fr/r/116/foyer-les-bories-04-/

Laisser un commentaire